Pizza butternut bacon champignon

La pizza orange. Non sponsorisée par Migros ou Ronald Mc Donald. Promis!

IMG_0651

Je suis partie la semaine dernière aux Etats-Unis pour un reportage sur la plus grande croisière du monde de Heavy Metal. Oui, vous avez bien lu: 3000 chevelus en noir et cuir, tatoués jusqu’à l’os, adeptes de hurlements plein pot sur fond de guitare électrique.

Lire la suite

Publicités

Courge toi-même!

Courge, pomme, châtaigne, champignons: oui, tout ça, ensemble en plus! N’ayons peur de rien!

photo 4 (25)

L’an dernier, aux Etats-Unis, j’ai pris un bus Greyhound de Seattle jusqu’à San Francisco. Ma famille américaine était contre. Avec ferveur. Ils ont tenté de me payer un billet d’avion, persuadé que je devais être en manque de cash s’il ne me restait que cette option. Ils m’ont envoyé des mails, des sms, m’ont téléphoné, supplié de reconsidérer ma décision puis ont fini par me demander si j’avais définitivement perdu la raison. Le trajet, effectué dans un bus style car postal, prend 26 heures.

Lire la suite

Reine des courges

Un houmous automnal à la courge

Quelle courge celle-là! J’adore l’insulte. J’aime aussi, grande saucisse, benêt, bécasse, bête à manger de la paille, pive, pauvre type et nabot.

Je trouve que c’est pile méchant juste ce qu’il faut, sans être outrageusement vulgaire ou blessant.

J’avais une prof de natation qui nous traitait de saucisse… »Mais nage saucisse, nage! », « Eh la grande saucisse, tu coules? ». Un poème. A l’illustré, une collègue avait hérité d’une stagiaire qu’on avait d’ailleurs baptisé ainsi. Tout était dit. Pas nulle mais un peu gauche. Point encore dégourdie.

Moi mon surnom c’était Bridget Mathyer ou Bloody Mary. J’aime assez. ça fait à la fois pauvre fille dont le quotidien est une aventure et festive un brin revêche. J’ai pas super envie de vous dire qu’on m’a dernièrement appelée Murène Mathyer. Tout de suite, c’est moins flatteur.

Lire la suite

Blues orange

Une soupe courge-orange pour réchauffer l’ambiance

C’est l’automne. Les feuilles mortes collent aux semelles de mes bottes. Je me sens d’humeur indécise, entre ronchon et mélancolique. J’aime pas l’automne.

Oui bien sûr, j’aime les rouges orangés qui teignent les arbres, les rais de lumière célèste qui transpercent les nuages, la buée sur mes lunettes quand je sors le matin, le craquant de l’air qui giffle mes joues le soir quand je rentre à vélo. Mais je hais, violemment, la nuit qui descend sur tout. Le matin, il fait nuit. Fin d’après-midi, il fait sombre. Nuit, nuit, nuit. Noir, quoi. Genre « et si le soleil ne revenait pas ».

Pouah. Brrrr.

Lire la suite