Porridge sauvage aux fraises

Du riz, des riz, de l’orge et de la quinoa. En version goûter ou petit-déjeuner.

FullSizeRender (73)

Quand j’étais petite fille et qu’il faisait froid l’hiver (avant la fonte des glaciers, le réchauffement climatique, mais quand même après le mamouth laineux), ma mère cuisait parfois du porridge le matin. Bizarrement, alors que j’en garde un souvenir ému, j’ai rencontré depuis plein de gens qui témoignent traumatisés d’avoir dû manger pareil gloubi boulga au petit-déjeuner. Comme quoi…

Lire la suite

Le tiramisu à la rhubarbe

Un joli petit pot ou un plat familial, pour un dessert frais et acidulé

IMG_7158

C’est mon favori, je crois. Bon j’aime les profiteroles glace vanille et chocolat aussi. Et le mouhalabie libanais. Et la tarte à l’orange. Et le crumble au pommes et le carpaccio d’ananas et la gelée de pamplemousse et sa crème aux amandes et, et, et aussi. Bref, j’aime les desserts.

Mais celui-ci, il a les faveurs de mon coeur car il n’est là que quand la rhubarbe rougit. Il faut profiter, les émotions sont fugaces.

IMG_7154

Tiramisu rhubarbe et fraises

Pour huit personnes
  •  Environ deux paquets de biscuits boudoirs.
  • 2,5 dl de vin type muscat ou sauterne (ouaip. ça vaut la peine)
  •  500 g. de rhubarbe
  •  250 g. de fraises
  •  80 g. de sucre (40+40)
  • 3 œufs
  •  250 g. de mascarpone
  • 1 pincée de sel

IMG_7139

Peler la rhubarbe (ou pas si elle n’est pas trop grosse) et la débiter en rondelles. Laver les fraises, les équeuter et les couper en deux. Mettre la moitié des fraises avec la rhubarbe, ajouter 40 g. de sucre et laisser compoter une dizaine de minutes sur feu moyen. Laisser tiédir et ajouter le reste des fraises crues, pour une texture plus croqui-croquante. Réserver.

IMG_7155

Dans un grand bol, mélanger les jaunes d’oeufs et les 40 g. de sucre restant et faire blanchir le mélange en fouettant vigoureusement. Ajouter le mascarpone, mélanger. Dans un autre récipient, battre les blancs d’oeufs, et la pincée de sel, en neige ferme. Incorporer délicatement, en une fois, les blancs à la crème de mascarpone. Pour le montage, dans un grand plat ou par portion dans des verrines, alterner une couche de biscuits, trempés vite-fait, un à un dans le vin doux, une couche de compote, une couche de crème. Et ainsi de suite. Pour une version sans alcool, on peut passer les biscuits dans un sirop de sureau par exemple (c’est d’un triste. Mais bon, des fois, les enfants n’aiment pas avoir la tête qui tourne). Réfrigérer une nuit ou quelque heures. Pour la déco, ajouter quelques fraises crues sur le dessert ou un coulis de fruits rouges.

 

IMG_7150

 

Fleur d’oranger- basilic: un mariage d’amouuuuur

Il y a des odeurs, comme ça, qui évoquent tout de suite un coup de foudre, un matin happyhappyhappy, un bon moment à venir, une plongée en enfance. En vrac:  le pain grillé, l’odeur de la rosée et de l’herbe, le monoi, la pluie sur le béton en été.  Le pain grillé, c’est le petit déj’ des vacances, les matins où on a le temps, de mettre des miettes sur le journal, de pouffer de rire en écoutant la radio, de refaire le monde. C’est la famille Ricoré, celle qu’on rêve tous d’avoir. La rosée et l’herbe, forcément, c’est les matins sous tente, le camp de scout qui s’éveille, mmmmh nostalgie. Le monoi et la plage, Vanessa ma collègue du 4ème qui embaume l’ascenseur avec son parfum qui sent les vacances. La pluie sur le béton, c’est l’été en ville, plus personne sur la route, moi et mon vélo électrique, comme de la buée qui monte du sol.

J’ai pas mis le basilic, je ménageais ma transition. Genre « oh et voilà, pendant que j’y pense ». Personne n’est dupe, je sais. Mais voilà. Oh, pendant que j’y pense, j’adore aussi le basilic…

Je l’aime avec du sucré, du salé, à mâcher seul, à caresser du bout des doigts quand on l’arrose pour faire voler les senteurs. Bref, je l’aime tout le temps. Alors pour la première fois, je me suis lancée dans la gelée de basilic version sucrée.

photo 1 (25)

Panna cotta à la fleur d’oranger, gelée de basilic, salade de fraises

Pour six petites verrines (à préparer la veille)

Pour la panna cotta:

  • 3, 5 dl de crème entière
  • 1,5 dl de lait demi-écrémé
  • 3 cuillères à soupe de sucre semoule
  • 3 cuillère à soupe d’eau de fleur d’oranger
  • 4,5 feuilles de gélatine, trempées dans de l’eau froide et égouttées

Porter à ébullition le lait, la crème et le sucre. (Evitez de répondre au téléphone, ça monte vite. Oui, je parle d’expérience. Je me crois toujours plus forte que les lois de la nature, mais j’ai tort à chaque fois).

Eteindre le feu et ajouter les feuilles de gélatine bien essorées. Super bien mélanger. Ajouter l’eau de fleur d’oranger.

Verser dans les verrines et réserver au frais.

Quand la panna cotta est prise (environ 3 heures plus tard)…Passer en mode gelée de basilic…

Pour la gelée:

  • 2, 5 dl d’eau (ou un peu plus en fonction de l’épaisseur de gelée que vous voulez)
  • 3 cuillères à soupe de sucre semoule
  • 30 gr. de feuilles de basilic (ça fait, en gros, une puissante poignée)
  • 1 cuillère à soupe de citron
  • 3 feuilles de gélatine, trempées dans de l’eau froide et égouttées

Garder une petite dizaine de feuilles de basilic pour la déco. Mettre les autres (lavées hein, la gelée de puçerons, c’est mezzo) dans la casserole avec l’eau et le sucre. Porter à ébullition (avec le couvercle). Ôter le couvercle, éteindre le feu et laisser infuser une vingtaine de minutes. Enlever les feuilles de basilic avec une passoire. Porter à nouveau à ébullition et ajouter la gélatine essorée. Bien remuer, ajouter le citron.

Ciseler les feuilles du basilic de déco et les mettre sur la panna cotta prise. Ajouter l’infusion de basilic. Mettre au frais pour laisser durcir, environ une nuit.

photo 1 (26)

photo 2 (24)

Pour la salade de fraises:

  • Des fraises (une demi-barquette devrait suffire), lavées et équeutées et coupées en petits cubes
  • le jus d’un demi citron
  • 2-3 cuillères à soupe de sucre

Mélanger le sucre au citron, ajouter les fraises, bien mélanger. Laisser reposer un moment au frigo.

Avant de servir, ajouter la salade de fraises sur la gelé de basilic. pour la déco, ajouter une petite feuille de basilic ou une pistache non salée et hop!

photo 2 (23)

 

Jouez les billes!

photo 1 (12)

Il y a eux qui l’aiment pour l’effroi. Des minis-yeux globuleux et laiteux qui vous contemplent du fond de la verrine. Comme une armée de mini têtards hypnotisants. ça ressemble à un mauvais court métrage et c’est chaire de poule garantie.

Il y a ceux qui l’aiment pour le confort. C’est mou et peu croquant, ça a la consistance d’une bouillie. On le gobe dans le train, on se l’envoie devant la télé. Pas besoin de mâcher, effort minimum, une bouchée et puis basta.

Il y a ceux qui l’aiment pour l’enfance. Comme un souvenir de riz au lait, un parfum lacté, la madeleine des goûters du mercredi. J’ai six ans again et le monde est mon ami.

Moi je l’aime, pour tout cela. Et aussi parce que le tapioca, c’est joli avec du coulis.

N’importe quel coulis. Abricot-romarin, framboise-vanille, pêche-eau de rose.

Ici, fraise-rhubarbe. (la recette dans un précédent post, c’est la même que celle du tiramisu).

photo 2 (11)

Billes de tapioca, coulis

pour 6 verrines

  • 100 g. de tapioca
  • 300 g. d’eau
  • 300 g. de lait
  • 60 g. de sucre
  • 1 cuillère à café d’essence de vanille
  • Du coulis.

Dans une casserole, mettre les billes de tapioca dans les liquides avec le sucre et la vanille. Cuire une trentaine de minutes. Rajouter du liquide si nécessaire. le tapioca doit devenir quasi transparent et mou. Le disposer dans des verrines, laisser refroidir.

photo (9)

Quand le mélange est tiède ou froid, ajouter dessus le coulis. Servir frais.

photo 1 (12)

Rhubarbe, fraises, et tu tombes!

photo 3 (1)

Je guette la rhubarbe toute l’année. Du genre à traquer la longue tige entre les étals des maraîchers en novembre, juste pour savoir si une variété mutante n’aurait pas vu le jour sur la planète de Dantesrêves à cette saison justement. Ma vie n’est alors que déceptions.

Heureusement, on est en mai et la rhubarbe est arrivée. Joie et Allégresse, je fais ma happy danse devant les étiquettes « Rhubarbe régionale » à la Migros.

Pour Pâques, j’étais invitée chez mon père et ma belle-mère en famille. Ma mission, acceptée, amener le dessert. Une gourmandise qui devait pouvoir être transportée à vélo de Lausanne à Etoy à vélo et ne pas comporter de lactose. Voilàààààà….

J’ai opté pour un tiramisu rhubarbe-fraises avec du mascarpone sans lactose. Verdict: Pas une lichette de reste!

Go, go, go, la rhubarbe n’attendra pas!

 

photo 1 (2)

photo 2 (1)

Tiramisu rhubarbe-fraises

Pour 6-8 personnes

Pour la compote rhubarbe-fraises:

  • 500 gr. de rhubarbe, feuilles coupées, pied ôté, pelée grossièrement et débitée en tronçons de 1 cm.
  • 250 gr. de fraises
  • 30 gr. de sucre

Pour la crème au mascarpone:

  • 2 jaunes d’oeufs
  • 3 blancs d’oeufs
  • 45 gr. de sucre
  • 150 gr de mascarpone (ici sans lactose)
  • 1 pincée de sel

Pour le montage:

  • 1 gros paquet de biscuits boudoirs (j’en achète toujours un de plus au cas où, je n’ai jamais réussi à savoir combien de biscuits il fallait exactement).

Mettre la rhubarbe préparée dans une grosse casserole. Laver les fraises, les équeuter et les couper en 4 (ou en deux suivant leur taille). Mettre la moitié des fraises avec la rhubarbe, ajouter le sucre et laisser compoter une dizaine de minute. Laisser refroidir un peu (une dizaine de minutes) et ajouter le reste des fraises crues. Réserver.

Battre les deux jaunes d’oeufs (vous pouvez ajouter le jaune du troisième oeuf, si vous voulez une préparation plus riche) avec les 45 gr. de sucre afin que le mélange blanchisse bien. Ajouter le mascarpone en fouettant bien. Dans un autre saladier, battre les blancs d’oeufs en neige ferme avec la pincée de sel. Incorporer délicatement avec une spatule les blancs d’oeufs en neige au mélange jaunes-mascarpone.

Commencer le montage. Ici, vu qu’il y avait enfant et femme enceinte, j’ai fait une version sans alcool. Mais les gourmands peuvent tremper les boudoirs brièvement dans un vin muscat.

Dans un saladier, si possible en verre pour voir les couches (c’est joli), alterner: une fine couche de compote, les boudoirs, une nouvelle couche de rhubarbe, la crème de mascarpone, les boudoirs, la rhubarbe, le mascarpone, les boudoirs, la rhubarbe et le mascarpone. Vous pouvez décorer cette deuxième couche avec quelques fraises s’il vous en reste ou un coulis rouge et faire des dessins.

Réfrigérer. (Ce tiramisu mérite d’attendre deux-trois heures minimum, voire une nuit, avant d’être servi, bien frais).

photo 4

Bon appétit.