L’oeuf poché: le miracle du rice cooker!

Un rice cooker, ou un cuit vapeur, un oeuf: vive les toasts du petit-déjeuner!

Ces temps, pas un blog qui ne mette en avant les oeufs mollets. Ou les oeufs pochés. Un extérieur blanc cuit, encore un peu tremblotant, un coeur coulant, jaune moelleux, liquide et tiède. A l’heure de la chasse aux oeufs, là un bleu derrière les oreilles du lapin sous le buisson, voici, plus qu’une recette, une petite astuce pour ceux que les oeufs pochés découragent. Depuis peu, j’ai trouvé comment faire le tourbillon parfait dans l’eau frémissante pour pocher mon oeuf dans la casserole. Mais la version rice-cooker a cela de funky qu’elle permet de donner une forme assez parfaite à l’oeuf. Sur un toast à l’avocat, c’est du plus bel effet. Le rice-cooker, c’est la vie! J’utilise le mien tout le temps. Pour le riz, mais aussi pour cuire tout et son contraire à la vapeur. Je vous jure, dans deux minutes on m’engage pour une émission de télé-achat.

Lire la suite

Le curry de boeuf, comme à l’Île Maurice

Ragoût de boeuf, carottes bicolores, curry…un petit goût de vacances

IMG_1312

Ça fait un bail que je suis rentrée, mais tout le monde continue de me demander: « alooooors, comment c’était? » Je suis sûre que ça leur provoque un plaisir pervers de me voir me souvenir des vacances les plus turquoises de ma vie alors que dehors le ciel est gris. Sachez que l’île Maurice, deux semaines pleines et riches avec quinze de mes amis les plus chers et leurs enfants, dans une villa de luxe avec plage privée sur le lagon, piscine à l’eau salée et hamac sous les cocotiers, c’était bien. Vraiment très très bien. Difficile de faire mieux. Trois semaines, peut-être?

Lire la suite

C’est de la boulette!

Des boulettes, oui, mais au four!

IMG_9945

L’autre jour, avachie tel un cachalot moyen sur mon canapé, m’est revenue une anecdote. Il faut dire qu’avec ce job rêvé de journaliste, on est jamais en manque d’expériences. Y a toujours un ou deux trucs fous qui arrivent, on ne sait pas bien comment. J’entends déjà celles qui argueront que ces choses là n’arrivent qu’à moi. Ce n’est pas vrai, mais peut-être bien que je m’en rappelle mieux que d’autres. Ou alors, que je n’ai aucune pudeur et que je vous confie sans honte ces petits instants qui peuplent mes journées.

Lire la suite

Chili con carne: l’indispensable

Du chili. Inratable, pô cher, réalisable en avance et en quantité astronomique: la classe!

IMG_6662

Ma belle-mère est une femme formidable. Comme elle est très discrète, je ne dresserai pas ici le menu de ses innombrables qualités. Je pense qu’elle hyperventile rien qu’en lisant cela, sur un blog public qui plus est. N’empêche. On ne dit jamais assez aux gens qui nous entourent combien on les apprécie. Bref. Non seulement elle est formidable mais en plus, elle possède un petit chalet au bord du lac et ce lieu est un coin paradisiaque!

Lire la suite

Un boeuf, des morilles, des carottes, de la purée maison: le bonheur

Filet de bœuf en cuisson lente, sauce aux morilles, carottes glacées et purée pommes de terre-céleri

J’aime bien les trucs un peu rétro. Tant pis si c’est passé, tant pis si c’est ringard, si depuis, on a réinventé l’eau tiède et le beurre liquide en bombe aérosol. Ces espèces de bonnes vieilles saveurs ont fait leurs preuves. Dans le même genre, j’aime bien jeter une nappe en dentelles (je tiens à dire que la limite c’est le napperon. Le napperon ne passera pas), sur ma table Ikea, sortir les vieux verres chinés, l’argenterie que ma grand-mère réservait pour les grandes occasions. Du coup, cette année, après un Noël lightissime, à peine une bonne lichette de foie gras, j’ai décidé de faire la totale pour Nouvel An. Le dîner de l’aïeule. Que du tradi, du un peu trop riche, du vieux pour fêter l’an neuf. J’ai pensé aux convives, à ce qu’ils aimaient, à mon frère qui serait là aussi, à des souvenirs d’enfance, à ces plats qu’on a envie de saucer avec l’index.

Lire la suite

Bonnnnnn le Bo Bun!

 
 
Un bo bun: une salade de vermicelle au boeuf caramélisé et aux herbes…
photo (17) 
Ghâ hhahhaaaha le reflet dans la photo!
 

A L’illustré, le magazine où je vis travaille, il s’est instauré comme une petite tradition. Vers 12h01, les mardis (et d’autres jours aussi), au sortir de notre big séance de rédaction, on peut croiser le long de la rue saint martin, un charmant cortège de morts-de-faim. Tout ces pèlerins sont en route pour le Dalat, un restaurant vietnamien qui est installé dans un chalet suisse qui fut autrefois un départ de funiculaire… (silence consterné). Et la marmotte, elle fait dans le nem. Faut pas être pressé, pressé, pour manger là, mais leur plat de choix, inutile d’ouvrir la carte, c’est le bo bun. Une sorte de salade tiède de vermicelles de riz, arrosé de sauce légère, pleine d’herbe succulentes et avec quelques lamelles de boeuf caramélisées et des croustillantes crisse-crisse cacahouètes. Nomnomnomnom:…j’ai un peu bavé sur mon clavier, j’essuie et je suis à vous.

Lire la suite

I’m a (not so) lonesooooome cow girl

Le pain de viande, ça sonne moche. The Meatloaf, ça va vous bluffer.

Je vous fais grâce de la mélodie, je chante comme une chouette en fin de mue.

Pour ceux qui l’ignoreraient, je suis  fan  des Etats-Unis. J’aime donc beaucoup, beaucoup lire en anglais des romans ricains. Et comme souvent dans les romans, ben l’auteur décrit ce que les gens mangent. Et parfois, ça met l’eau à la bouche.

C’est ainsi que j’ai fait la connaissance du Meatloaf.

Lire la suite