Je suis de retour. Le cabillaud, sauce vierge tomates-courgettes, aussi!

Pavé de cabillaud grillé, sauce vierge tomates vertes et courgettes jaunes, noix de coco rôtie

Je sais, vous n’y croyiez plus. Moi non plus pour être honnête. A ce stade, je ne savais même plus comment revenir. Un peu comme cette pub où le type rentre de vacances et ne se rappelle plus ni son pin ni son puk: tous le mot de passes effacés, comme un château de sable par une grosse vague. Le dernier article de la pipelette affamée date du mois de mai: vous vous doutez bien que mes vacances n’ont pas autant duré. Que s’est-il passé? Rien. Tant de choses. Une certaine lassitude. L’envie d’aller tremper mes orteils dans le Léman plutôt que de taper mes recettes sur un ordinateur. Préférer manger chaud, ou froid, ou tempéré, mais manger, sans attendre la photo, l’installation sexy, la serviette à peine froissée qui fera la photo séduisante. L’envie de vivre, de cuisiner, de dresser mon assiette, de parler à mon amoureux, sans raconter, sublimer, écrire, vanter.

Une pause, donc. Bienvenue. Elle est finie, me revoilà, me revoilou.

Lire la suite

Publicités

Smörgåstårta: le gâteau sandwich qui te veut du bien

Saumon, bon, crevettes, bon, radis, bon, concombre, bon, pain bon….bref que du bon, en tranches

FullSizeRender (78)

Ma copine Sandra est une marrante. Chacun de ses anniversaires a un concept bien précis. Il y a eu atelier cuisine indienne, une soirée déguisée « le plus mieux bien des années huitante à aujourd’hui » et le very best de la soirée canadienne, le dernier en date, une soirée où, en son honneur, tout ce que l’on sortait de notre sac devait commencer par la lettre S. Je peux vous dire qu’il y a eu orgie de sushis et de salami. Le sauvignon a coulé à flot et bizarrement, on n’a même pas bu de spritz.

Lire la suite

Filet de féra et sauce à l’orange

un poisson, une orange: on dirait le début d’une histoire

IMG_6833

C’est mon centième post sur ce blog. Un chiffre rond, un vrai anniversaire!

Et pourtant, vous allez trouvez que je triche. Et vous n’aurez pas tort. J’avoue: j’ai déjà posté cette recette de sauce à l’orange. Mais ce n’est pas exactement la même. Parce que je cuisine plutôt au feeling et en fonction de ce que j’ai sous la main. Du coup, ce millésime de sauce est encore inédit. Dingue donc! Et puis de toute façon, cela fait désormais partie de ma nouvelle philosophie de vie. Non pas tricher (quoique), mais utiliser à bon escient ce qu’on possède déjà.

Lire la suite

Des rillettes sans rouflaquettes

Une entrée efficace: y a même la vodka avec!

IMG_6825

A l’avenue de Cour, à Lausanne, il y a désormais aussi une poissonnerie. Après le boucher magique et ses pâtés d’une autre galaxie, après le boulanger et ses pains à burgers foufoufou, après la poste où la dame est si hostile que c’est un talent en soi, après le poste de police où le type tape votre plainte avec deux index sinon c’est trop, après le restaurant indien dont on ignore comment il tourne ce qui alimente les rumeurs les plus étranges, après la coop qu’un décorateur d’intérieur maléfique à transformé en labyrinthe, après la fromagerie où Pierre le fromager aime manger son assortiment lichette après lichette, c’est au tour des poissons du lac de faire leur apparition. Moi je vous le dis: à l’avenue de cour on rigole! C’est comme un village au coeur de la ville. J’adooooore.

Lire la suite

C’est qui? C’est viche :-))

Ceviche de cabillaud
FullSizeRender (9)
On est en 2015, j’ai le droit de recommencer les gags nuls.
A propos de vanne pourrie, pendant les vacances, je me suis refait l’intégrale des Grey’s Anatomy. Moi, un duvet, mes chaussettes en pilou, une tasse de thé, une bougie et une pile de mouchoirs indécentes: le nirvana. Au niveau de la glamouritude, on flirte pas encore avec le sommet mais s’il n’y a pas quelques avantages à être célibataire, je veux être remboursée. Vous pigez pas encore le lien (mais je vous le promet, il y en a un). Dans un épisodes de la saison je ne sais plus combien, arrive au Seattle Grace une fille qui est passée sous son jet ski (à ne pas reproduire chez soi, ça a l’air de faire assez mal). La fille ressemble à un hâchis parmentier et ces s… d’internes la baptisent illico ceviche. Ça m’a fait rire.
Et surtout, ça m’a donné une puissante envie de poisson cru (pas de fille en steak hâché hein) pour mon repas de nouvel an. J’ai pinteresté le truc histoire de voir ce qui se faisait au royaume de l’écaille crue et j’ai pondu cette chose sans doute un peu hybride mais franchement tout à fait satisfaisante.

Lire la suite