L’oeuf poché: le miracle du rice cooker!

Un rice cooker, ou un cuit vapeur, un oeuf: vive les toasts du petit-déjeuner!

Ces temps, pas un blog qui ne mette en avant les oeufs mollets. Ou les oeufs pochés. Un extérieur blanc cuit, encore un peu tremblotant, un coeur coulant, jaune moelleux, liquide et tiède. A l’heure de la chasse aux oeufs, là un bleu derrière les oreilles du lapin sous le buisson, voici, plus qu’une recette, une petite astuce pour ceux que les oeufs pochés découragent. Depuis peu, j’ai trouvé comment faire le tourbillon parfait dans l’eau frémissante pour pocher mon oeuf dans la casserole. Mais la version rice-cooker a cela de funky qu’elle permet de donner une forme assez parfaite à l’oeuf. Sur un toast à l’avocat, c’est du plus bel effet. Le rice-cooker, c’est la vie! J’utilise le mien tout le temps. Pour le riz, mais aussi pour cuire tout et son contraire à la vapeur. Je vous jure, dans deux minutes on m’engage pour une émission de télé-achat.

Juste avant l’astuce miracle, une autre information de la plus haute importance, à partager ici. Les poubelles lausannoises n’ont pas de fond. Je répète: attention, les poubelles lausannoises n’ont pas de fond. Vous le saviez? Nous, pas.

L’autre jour, il faisait beau et chaud. Avec deux collègues, nous voici posé sur un petit muret, les pieds dans le gazon, un pic nic sur les cuisses. Il fait chaud, on fond. La dernière bouchée avalée, on vise une place à l’ombre sur la terrasse du café voisin. On remballe nos miettes, mon collègue jette le sachet de son kebab, on reclips les couvercles en verre de nos bocaux de hipster bobo. On vient de commander nos espressos et nos sirops quand Marc se lève, comme possédé. « Merde, j’ai jeté mon téléphone portable » s’exclame-t-il. Une affirmation quelque peu surprenante, mais l’homme est un familier des actions insolites. En gros, nous comprenons que dans sa hâte de consommer de la caféine, il a jeté, avec les restes de son sandwich, le sachet en plastique contenant son smartphone. Le tout, hop, dans la bouche gourmande de la poubelle en inox qui trône sur la place. Ni une, ni deux, il plonge le bras dans la gueule béante de ladite poubelle. Et là, ses yeux s’écarquillent. Les poubelles lausannoises n’ont pas de fond. A l’aveugle, ses doigts n’effleurent rien que le néant, le vide absolu. Plus de smartphone, de concombre flétris, de mouchoirs en boule: la terre a tout avalé!!!

Un téléphone (avec le mien, donc) à la voirie plus loin, « Bonjour Madame, vous allez rire, nous avons un drame de vide-ordure… », nous apprenons que la poubelle surmonte une cuve souterraine de 1.5 mètre cube. Un deuxième téléphone au chef du secteur centre de la propreté du domaine public (sic), nous renseigne sur le fait que manque de bol, cette poubelle-là, n’est pas équipée d’un ascenseur. ??? Donc, comme quoi, certaines poubelles ont des ascenseurs. Quelle belle journée pleine de surprise!

Il a fallu plusieurs téléphones, dont celui à Monsieur Ganao, à 5h00 du matin, pour identifier quel brave homme allait démonter la poubelle, descendre dans la fosse, fouiller parmi les déchets et retrouver le téléphone de Marc. On ne s’ennuie jamais à L’illustré.

Morale de l’histoire: les poubelles lausannoises n’ont pas de fond, les chefs de secteurs de la propreté du domaine public sont super, et, un smartphone qui passe 24h00 dans une cuve pleine de détritus fleure bon le putois phobique de la douche.

Et sinon, sans transition, du côté du rice-cooker, voilà comment on procède. Merci Pascale Weeks pour cette bonne idée.

Oeuf poché au rice cooker

Prendre un oeuf. Si possible conservé à température ambiante et non juste sorti du frigo… Prendre un petit ramequin qui supporte la chaleur. Beurrer le ramequin, déposer un peu de sel au fond, casser l’oeuf dessus, fermer le ramequin avec un peu de film plastique.

Mettre de l’eau, genre une tasse, dans la cuve du rice cooker, et enclencher l’engin. Quand la vapeur sort du rice cooker, ouvrir vite fait la machine et déposer le ou les ramequins dans le panier vapeur et refermer aussi sec. Ensuite, attendre 5-6 minutes, et sortir les oeufs. Parfois, et c’est bizarre, mais je ne sais pas pourquoi, il faut attendre quelques minutes de plus pour que le blanc soit pris. sortir et démouler. On peut utiliser la pointe d’un couteau pour décoller l’oeuf des bords du ramequin et une cuillère pour soulever.

Servi sur un toast de pain de campagne, avec quelques tranches d’avocat, trois-quatre pluches de coriandre, une pincée de fleur de sel, quelques tours de moulin à poivre et un soupçon de sauce qui arrache, c’est le nirvana!

Enjoy!

 

Publicités

2 réflexions sur “L’oeuf poché: le miracle du rice cooker!

  1. J’avoue à ma grande honte que j’ai bien rigolé ente lisant,et ce,au dépend de ce pauvre MARC,qui lui ne devait pas rire du tout.
    Soulignons la serviabilité des services techniques.
    Je vais essayer cette nouvelle façon de procéder.( j’aime bien celle du papier transparent. Bisous et bon WE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s