Je suis de retour. Le cabillaud, sauce vierge tomates-courgettes, aussi!

Pavé de cabillaud grillé, sauce vierge tomates vertes et courgettes jaunes, noix de coco rôtie

Je sais, vous n’y croyiez plus. Moi non plus pour être honnête. A ce stade, je ne savais même plus comment revenir. Un peu comme cette pub où le type rentre de vacances et ne se rappelle plus ni son pin ni son puk: tous le mot de passes effacés, comme un château de sable par une grosse vague. Le dernier article de la pipelette affamée date du mois de mai: vous vous doutez bien que mes vacances n’ont pas autant duré. Que s’est-il passé? Rien. Tant de choses. Une certaine lassitude. L’envie d’aller tremper mes orteils dans le Léman plutôt que de taper mes recettes sur un ordinateur. Préférer manger chaud, ou froid, ou tempéré, mais manger, sans attendre la photo, l’installation sexy, la serviette à peine froissée qui fera la photo séduisante. L’envie de vivre, de cuisiner, de dresser mon assiette, de parler à mon amoureux, sans raconter, sublimer, écrire, vanter.

Une pause, donc. Bienvenue. Elle est finie, me revoilà, me revoilou.

Lire la suite

Publicités

Le casse-tête du jardinier ou que faire des courgettes mutantes…

Une pizza avec une pâte en courgettes: la formule magique!

Il a beau pleuvoir tout ce qu’il peut, on ne peut décemment pas demander aux escargots de devenir boulimiques.

T’imagines, un escargot obèse, comme fait-il pour rentrer dans sa coquille?

Toi, quand tu ne fermes plus ton jeans que couchée sur le dos et en apnée, tu as toujours la possibilité de tenter ta chance en taille supérieur chez H&M ( et si possible en stretch ou en taille mama avec une liquette bien ample et sans vergogne). Mais l’escargot, lui, c’est la cata. Il rentre telle la limace chez sa mère, la coquille sous le bras, la corne défaite.

Lire la suite

Frigo…survie mission 1

Ça commence comme une mission survie. T’es en pyjama. A étoiles mauves. Digne, quoi. T’as le cheveu plat. Et gras. Pardon pour le détail. T’as tes lunettes. Celles qui font fonds de chopes (ainsi font font font). T’es bizarre. Ça fait des heures que tu essaies de pondre le début d’un texte mais ça pourrait tout aussi bien faire des jours et quand tu te parles à voix haute pour te dire « non, mais non, mais non, b…, c’est mauvais, trop mauvais, écrit avec le dos du pied gauche », ta voix est rauque. Tu mesures le temps écoulé depuis que tu as vu un autre membre de la race humaine.

Et soudain tout s’illumine. T’es bizarre parce que t’as faimmmmmm! Mais bon sang, oui, c’est ça! Le truc, c’est que le frigo est vide. Et rapport au délabrement de ton apparence physique, la possibilité de sortir est réduite.

Petit tour par le frigo. Humpffffff.

Mission 1: survivre avec des restes.

La recette qui suit peut donc s’improviser avec vos restes à vous. (Et vous n’avez pas besoin de porter un pyjama à étoiles mauves pour la réussir). Adapter, c’est le mot clé.

Oeufs en cocotte:

Pour 2 cocottes

  •  4 oeufs
  • Un peu de fromage râpé. Genre 1 cuillère à soupe par ramequin.
  • 1 tomate (même fripée…) coupée en dés
  • 1/2 oignon (ici un oignon nouveau), émincé fin
  • 1/2 poivron ou courgette, en petits dés
  • 4 cuillères à soupe de crème, ou de crème aigre ou de lait
  • sel et poivre ou sauce pimentée
  • (si vous avez du bacon grillé ou du jambon: go go go!)
  • (si vous avez de la ciboulette ou du persil ou de la coriandre, idem, go go go!)

 

Préchauffer le four avant de commencer. Genre à 190°C. Faire bouillir de l’eau dans une bouilloire. Beurrer deux ramequins. Répartir dans les deux ramequins, les légumes, la crème et les oeufs. Vous pouvez choisir de les laisser entier ou les mélanger, style omelette. J’aime mieux la variante 1 (mais cette fois, rapport au fait que j’ai cassé les oeufs car, oui, c’était une toute bonne journée, j’ai opté pour la version 2) . Ajouter le fromage.

photo 1 (30)

Poivrer, saler (attention, ne pas trop saler s’il y a du fromage ou du bacon).

Dans un plat allant au four, mettre les deux petits ramequins, verser environ deux centimètres d’eau bouillie dans le plat pour une cuisson au bain-marie (franchement, en toute honnêteté, vous pouvez aussi vous la jouer free style et zapper le bain-marie et mettre un couvercle sur les ramequins et hop… mais c’est plus fondant au bain-marie…à vous de voir).

Laisser cuire une petite quinzaine de minutes, le temps que le blanc soit pris.

photo 2 (26)

Hop, c’est fini. Entre temps, vus aurez peut-être eu le temps de vous doucher et de vous habiller. Pas sûr…

Salade de courgettes à la feta et à la menthe

L’autre soir, avec Karin et Sandra, on s’est dit qu’on allait fêter la Pâque juive. Une Pessah night en quelque sorte. Vous expliquer pourquoi serait un peu long. Et puis, bon, les private jokes, à la base, sont privés. Tout ça pour dire qu’on a bien cherché que mettre dans nos assiettes. Le Matze, ça va un moment mais c’est un peu sec sur le palais.

Du coup, on est allée faire un tour sur le blog http://www.cestmafournee.com/

La fille a beau être juive, ses recettes ne le sont pas, enfin, pas toutes. Elles sont, par contre, pour la plupart, tout à fait compatibles avec la religion et ses contraintes culinaires. Et puis, j’aime beaucoup son ton et ses envolées lyriques sur quelques trouvailles merveilleuses.

A ce stade, vous vous demandez où je veux en venir. Moi aussi. Mais bon aussi, si personne ne suit, on ne va pas s’en sortir hein?!?

Bref, donc, y avait la fête juive, on a fait salade de courgettes grillées, feta, menthe, pignon.

Vous êtes juif, vous pouvez en manger. Vous ne l’êtes pas, c’est bon quand même. 

Allez hop. No comment!

photo 1 (4)

 

Salade Courgettes, menthe, feta, pignons

Pour 2:

  • 2 courgettes (et demi, il m’en restait une pauvre esseulée, je n’ai pas eu le coeur de la séparer de ses copines).
  • 40 gr. de pignons
  • 100 gr. de feta (plus ou moins)
  • 5 tiges de menthe
  • De la crème de vinaigre balsamic
  • Un peu d’huile d’olive

 

Préchauffer le four à 250°C. Laver les courgettes et les tailler super finement, dans la longueur, à la mandoline. Les étaler, sans les superposer (ou juste un peu) sur la grille qui va au four. Vous pouvez, si vous êtes malin, donc pas comme moi, huiler légèrement la grille.

photo 2 (3)

Badigeonner les courgettes avec un mini-peu d’huile ou les pschiiiiter avec un spray d’huile d’olive. On m’en a offert un (Merci Judith), je l’adooore.

Enfourner dans le four, sous grill, à 250°C pendant environ 5 minutes. Checker pour que ça brunisse à certains endroit, juste un chouïa, mais pas trop. Pendant ce temps, faire torréfier les pignons à secs dans une poêle chaude.

Sortir les courgettes, les décoller. Oui, c’est chaud. Mais ça vaut la peine, promis! Réitérer l’opération si vous avez trop de courgettes, une trop petite grille, pas assez de place dans le four, des tas d’invités (bref, si la vie est dure).

Les mettre dans un saladier.

Laver la menthe et ciseler les feuilles. Ajouter. Emiétter la feta par dessus. Ajouter les pignons et des zig zag de crème balsamic.

C’est vraiment hyper bon, très frais.

Bon appétit

photo 4 (1)