Indian Vibes…bis

Un daal épicés lentilles-épinard

Bis…j’ai envie de pleurer. Ce post je l’ai déjà écrit. Et pas que dans ma tête. Non. En vrai. Ici. Je le jure. Sauf que la pive que je suis à rippé sur une touche et hop, adieu, lentilles, daal, textes, anecdotes et formules. Pouf, parti, évanoui.

Je recommence donc, en moins bien c’est sûr et la mort dans l’âme.

Je disais donc que lors de ma conférence aux States, j’ai rencontré Raj, du blog http://www.pinkchailiving.com/. Elle est canadienne, d’origine indienne, et grâce à elle, le nofenêtre, neonçatevabienauteint, moquetteépaisse, m’a paru plus supportable. Il faut dire qu’avant Raj, je comptais mes nouveaux amis sur les doigts d’une main amputée. Il y avait la grand-maman hystérique qui voulait faire de moi sa fille, le sexagénaire à toison blanche qui blog sur le grill, par tous les temps et quelque soit le met, le Ciel pourvoira, pour le rest Inch’Allah, la géante qui ressemblait à Arnold Schwarzenegger avec des cheveux et des talons, imaginez mon effroi et la Mormone. Par soucis d’honnêteté, j’ai envie de vous dire que je ne sais rien de la religion de cette brave fille à socquettes, col claudine, mais le fait qu’elle ne boive pas, ne fume pas, ne sorte pas, et prône dans son blog le retour à une alimentation où on mange plus de légumes, beaucoup, beaucoup plus de légumes, m’a fait la surnommer la Mormone. Genre sympa mais pas du genre à rigoler en se tapant sur les cuisses.  Bref donc quand j’ai vu Raj et ses copines, pleines de couleurs, étincelles rebelles dans la prunelle, en train de dévaliser les tables de goodies et de fondre sur le bar, je me suis dit « Marie-Jeanne, go, go, go ». Tel le mouton, j’ai changé de troupeau et rejoins cette clique de joyeuses festives.

Lire la suite

Publicités

Le dip qui t’ouvrira bien des portes

Parfois, on n’a pas de plan le samedi soir. Rien. L’agenda tellement vide que tu t’entends soupirer en écho. Et parfois, juste pile ce jour là, l’appel du pyjama-à-étoiles-mauves, dvd de fille, bougie parfumée, canapé avec mon duvet, n’est pas celui qui te meut.

Je n’ai aucune idée de la version masculine de ce programme. Caleçon, bière, manette de playstation, carton de pizza vide?

Passons…

Ce soir là, mon frère, ma soeur, tu peux te trouver des amis grâce à ce dip. Tellement c’est bon, tu peux même t’inviter chez les voisins! Si, comme moi, tu n’as comme voisin que Voisinportugais et leur fille qui tonitruante, tu fais attention, il pourrait t’arriver des bricoles. Mais sinon, ce dip, c’est de l’or en barquette. Celui qui l’a breveté doit s’appeler Bill Gates. Au minimum.

photo (8)

The dip épinards-artichauts.

On pourrait aussi l’appeler range-ta-langue-Sandra, tellement ma copine Sandra qui m’y a initiée en est fan.
  • 1 boîte de coeurs d’artichauts (une boite de conserve donc et non pas des artichauts à l’huile).
  • 300 gr. d’épinards à la crème congelés, décongelés. Je pense que tu peux aussi utiliser des épinards frais…J’en ai rarement chez moi au moment de la soirée S.
  • 70 gr. de fromage râpé, type gruyère
  • 40 gr. de parmesan râpé
  • 3 cuillères à soupe de fromage à la crème, genre philadelphia.
  • 3 cuillères à soupe de crème aigre
  • 2 Cuillère à soupe de mayonnaise.
  • Poivre et épices cajun (ou du style)
  • 1 paquet de chips nachos mexicain. Pour diper.

1 alka seltzer (oui, c’est un peu gras. Mais le gras ouvre des portes, c’est bien connu).

Mélanger les épinards avec la mayo, le fromage à la crème, les fromages râpés. Poivrer, ajouter une pincée d’épices cajun. Ajouter les coeur d’artichauts coupés en 4. mettre dans un plat allant au four et enfourner à 200°C pour 15-20 minutes. Le dessus doit être bubbly et doré.

Après, tu sonnes où tu veux qu'on t'invite. On t'ouvre, tu tends les chips. Et ainsi, 
auréolé de cette odeur inimitable de dip artichauts-épinards,
 tu deviens Dieu.

photo (8)

Cannelloni pas riquiqui

Au niveau du titre subtil, je me pose toujours là. Et je m’entraîne pourtant, je vous jure!

Le cannelloni, c’est pour les nul(le)s aussi, mais surtout, pour les patient(e)s-de-la-lasagne. Je m’essplique. Vous pouvez tout à fait faire la même recette version lasagne, montage à l’horizontale (non, ce n’était pas une allusion sexuelle. Ici c’est food porn, pas porntoutcourt). C’est plus rapide et moins contraignant. Donc, oui, vous pouvez, mais des fois, c’est bien de varier. Surtout si vous avez un peu de temps et que vous n’êtes pas rebutée par un peu de béchamel sur vos doigts délicats.

J’ai choisi de prendre des feuilles de lasagne fraîches, mais les tubes de pâtes sèches ou les feuilles sèches, ça peut le faire aussi.

 

Cannelloni épinards, ricotta, gorgonzola, pignons

 

  • 1 paquet de feuilles de lasagne fraîches
  • 600 gr. de feuilles d’épinards congelés non assaisonnés. (Congelé. La quantité d’épinards frais me fait toujours flipper sinon. Mais tu fais comme tu veux hein…)
  • 40 gr. de pignons bien bien torréfié (Poêle chaude, à sec, laisser dorer)
  • 200 gr. de ricotta
  • 140 gr. de gorgonzola au mascarpone
  • 30 gr. de parmesan râpé
  • 2 oignons nouveaux en fines rondelles

photo 1 (9)

Béchamel: 

  • 6 dl. de lait
  • 45 gr. de beurre
  • 3 feuilles de laurier
  • poivre, sel et muscade à volonté (la muscade c’est mega bon!)
  • 50 gr. de parmesan râpé

photo 2 (8)

Commencer par faire la béchamel. Dans une casserole, mettre tous les éléments sauf le parmesan. Laisser frémir en remuant (avec le fouet, je trouve que c’est plus facile) sans arrêt jusqu’à épaississement. Retirer du feu. Ajouter le parmesan râpé. Sortir les feuilles de laurier. Filmer avec du cellophane. Il faut carrément poser le cellophane sur la surface de la béchamel pour qu’il n’y ait plus d’air. Comme ça: no croûte!

Préchauffer le four, 180°C, grille au milieu.

Mélanger les épinards décongelés super égouttés (les serrer dans les mains pour enlever tout l’excédent d’eau) à la ricotta et au gorgonzola. Ajouter les oignons nouveau, saler si nécessaire. Poivrer.

Dans un plat allant au four (Je sais, vous aviez deviné. Mais on n’est jamais trop prudent), commencer par ajouter deux cuillères à soupe d’eau et une goutte d’huile.

Dans une feuille de lasagne, mettre un peu de mélange épinard-fromage. Ajouter quelques pignons. Un peu de béchamel, un peu de parmesan râpé. A l’oeil.

photo 3 (5)

Rouler (jeunesse! Oui, c’est nul. Mais irrésistible)!

Continuer ainsi jusqu’à ce que le plat soit plein.

Recouvrir du reste de béchamel, puis du reste de parmesan.

photo 1 (10)

Enfourner dans le four préchauffé, pendant 30 à 40 minutes.

photo 2 (9)

photo 3 (6)