Ramer pour des ramen

Une soupe-bouillon, des bons légumes, des nouilles, un oeuf mariné: ça slurp!

On était à deux doigts de la crise l’autre soir. Je vous dresse vite fait le tableau. Une journée bien bien pourrie dans une semaine bien bien sombre. Un soir gris, il fait nuit à 15h00, un retour détrempée à la maison, trafic sur la route, miettes sur la table, courses à ranger, moutons de poussière dans tous les recoins de l’appartement. Une sorte d’hésitation mi-figue, mi-figue, entre le rire hystérique et la crise de larmes. J’avais enfilé mon training moche et mou, le cheveu à la fois gras et humide, la cerne profonde des mauvais jours et j’espérais qu’on en finisse. Du genre, un bol de soupe et hop au lit. Mais…

Lire la suite

Soupe à la tomate

Une souplette rouge de plaisir, tomates et petits piments pour lutter contre le chaud par le chaud.

IMG_1680

C’est une soupe rouge. De plaisir, certes, mais aussi rouge de honte. Je m’empourpre facilement, j’ai le capillaire sensible. Un mot, un regard, une émotion, un instant de vergogne et hop, je vire fraise ou betterave, un truc bien soutenu qui me vrille le teint. Si vous voulez juste lire la recette et pas le compte rendu de mes jours de honte, scrollez avec votre index, vers le bas de la page.

Lire la suite

Blues orange

Une soupe courge-orange pour réchauffer l’ambiance

C’est l’automne. Les feuilles mortes collent aux semelles de mes bottes. Je me sens d’humeur indécise, entre ronchon et mélancolique. J’aime pas l’automne.

Oui bien sûr, j’aime les rouges orangés qui teignent les arbres, les rais de lumière célèste qui transpercent les nuages, la buée sur mes lunettes quand je sors le matin, le craquant de l’air qui giffle mes joues le soir quand je rentre à vélo. Mais je hais, violemment, la nuit qui descend sur tout. Le matin, il fait nuit. Fin d’après-midi, il fait sombre. Nuit, nuit, nuit. Noir, quoi. Genre « et si le soleil ne revenait pas ».

Pouah. Brrrr.

Lire la suite

Sauvée par la soupe

Soupe de tomates: ça sent l’été

I’m back. Je suis de retour. Plus en forme(s) que jamais!

Y a pas à dire, les voyages aux States, ça aère l’esprit, mais ça remplit la panse.

D’abord il y a eu Seattle. Les crabes, les sushis, les poissons frais, les coquillages qui fleuraient encore le sable, les embruns, l’algue ondulante. J’avoue: j’ai aussi testé le burger local, l’épi de maïs craquant, le pulled pork, la pizza au barbecue. Dans mes futurs post, je vous parlerai aussi sans doute du saumon sockeye, de la baie de Bristol, en Alaska, que j’ai mangé à toutes les sauces. Y a de quoi se réjouir, je vous le promets!

Lire la suite

Frigo…survie mission 1

Ça commence comme une mission survie. T’es en pyjama. A étoiles mauves. Digne, quoi. T’as le cheveu plat. Et gras. Pardon pour le détail. T’as tes lunettes. Celles qui font fonds de chopes (ainsi font font font). T’es bizarre. Ça fait des heures que tu essaies de pondre le début d’un texte mais ça pourrait tout aussi bien faire des jours et quand tu te parles à voix haute pour te dire « non, mais non, mais non, b…, c’est mauvais, trop mauvais, écrit avec le dos du pied gauche », ta voix est rauque. Tu mesures le temps écoulé depuis que tu as vu un autre membre de la race humaine.

Et soudain tout s’illumine. T’es bizarre parce que t’as faimmmmmm! Mais bon sang, oui, c’est ça! Le truc, c’est que le frigo est vide. Et rapport au délabrement de ton apparence physique, la possibilité de sortir est réduite.

Petit tour par le frigo. Humpffffff.

Mission 1: survivre avec des restes.

La recette qui suit peut donc s’improviser avec vos restes à vous. (Et vous n’avez pas besoin de porter un pyjama à étoiles mauves pour la réussir). Adapter, c’est le mot clé.

Oeufs en cocotte:

Pour 2 cocottes

  •  4 oeufs
  • Un peu de fromage râpé. Genre 1 cuillère à soupe par ramequin.
  • 1 tomate (même fripée…) coupée en dés
  • 1/2 oignon (ici un oignon nouveau), émincé fin
  • 1/2 poivron ou courgette, en petits dés
  • 4 cuillères à soupe de crème, ou de crème aigre ou de lait
  • sel et poivre ou sauce pimentée
  • (si vous avez du bacon grillé ou du jambon: go go go!)
  • (si vous avez de la ciboulette ou du persil ou de la coriandre, idem, go go go!)

 

Préchauffer le four avant de commencer. Genre à 190°C. Faire bouillir de l’eau dans une bouilloire. Beurrer deux ramequins. Répartir dans les deux ramequins, les légumes, la crème et les oeufs. Vous pouvez choisir de les laisser entier ou les mélanger, style omelette. J’aime mieux la variante 1 (mais cette fois, rapport au fait que j’ai cassé les oeufs car, oui, c’était une toute bonne journée, j’ai opté pour la version 2) . Ajouter le fromage.

photo 1 (30)

Poivrer, saler (attention, ne pas trop saler s’il y a du fromage ou du bacon).

Dans un plat allant au four, mettre les deux petits ramequins, verser environ deux centimètres d’eau bouillie dans le plat pour une cuisson au bain-marie (franchement, en toute honnêteté, vous pouvez aussi vous la jouer free style et zapper le bain-marie et mettre un couvercle sur les ramequins et hop… mais c’est plus fondant au bain-marie…à vous de voir).

Laisser cuire une petite quinzaine de minutes, le temps que le blanc soit pris.

photo 2 (26)

Hop, c’est fini. Entre temps, vus aurez peut-être eu le temps de vous doucher et de vous habiller. Pas sûr…

« Slurp » fit-elle, en avalant goulûment son bol

Ça commençait comme un défi: « Je viens souper mais je veux pas manger de féculent ».

Contrainte:

le temps.

Problème:

Sachant que la personne A reçoit et finit de travailler à 18h45. En imaginant que A met 13 minutes  à atteindre le point H (pour Home).

En tenant compte du fait que la personne B termine le travail vers 18h50. Que B met 19 minutes à rejoindre H (et donc A).

En tenant compte des variables: le nombre de feux rouges, la probabilité que A perde la clé de son cadenas de vélo, qu’elle croise le concierge qui veut lui parler de sa côte fêlée et qu’elle doit commencer par filer des croquettes au chat…

Que peut faire A à manger pour que le souper soit quasi prêt quand B se pointe (en retard parce que finalement, c’est B qui a croisé un copain qui voulait lui parler de son job…)?

Réponse: Une soupe thaï!

photo 1 (8)

Tom Yam (pour 3-4 personnes):

  • 5 bols d’eau
  • 8 grosses crevettes ou gambas crues
  • Une dizaine de tomates cerises coupée en deux (pas émondées, faut pas déconner quand même)
  • Une dizaine de champignons de paris coupés en quatre
  • 5 petits maïs coupés en deux
  • Quelques haricots thaï
  • 3 feuilles de lime
  • 4 tiges de citronnelle fendues
  • 3-4 cm. de racine de galanga, pelée et débitée en tranches
  • 1 cube de bouillon thaï (ou de bouillon de poulet)
  • 3 c. à soupe de fish sauce
  • 2 c. à soupe de oyster sauce
  • 1 c. à soupe de sauce soja
  • 1 à 2 piments rouge émincé
  • 3 c. à soupe de pâte de tamarin
  • 1 gousse d’ail écrasée
  • 1 c. à soupe de sucre
  • 2 c. à soupe de sauce sweet chili
  • Coriandre ciselée et oignon vert émincé pour servir

Mettre le tout dans une casserole, sauf les crevettes (c’est pas compliqué hein), porter à ébullition. Laisser infuser à feu moyen une quinzaine de minutes (le temps que maïs et haricots soient cuits), ajouter les crevettes et retirer du feu. Servir dans des bols avec la coriandre fraîche ciselée et l’oignon vert.

N’hésitez pas à goûter et à rectifier l’assaisonnement, plus ou moins acidulé, plus ou moins salé, sucré, fort…

soupe2