Granola on the go: du muesli à l’emporter, donc…

Parce qu’hélas, on peut pas manger des bagels tous les jours…

FullSizeRender (48)Je vais vous la faire courte. Dans un précédent post, je vous parlais de ma tribu, les breakfastarian, ceux qui aiment manger des pancakes et du bacon à tout heure du jour et de la nuit et qui pensent que réserver les bagels au dimanche, c’est triste à pleurer.

Lire la suite

Publicités

La linguine magique: un tour de passe-passe aux saint-jacques

Des saint-jacques et du citron, un rien de persil et de chapelure, quelques copeaux de parmesan pour coiffer ses linguine

J’adore le mot facétie. Ça fait penser à titille. Au doigt qui s’agite entre deux côtes, à la fossette qui naît au creux de la joue, à cette petite flamèche  dansante dans le regard du farceur. C’est une qualité que j’aime retrouver chez mes amis, même quand je suis le sujet de la blague, la raison du fou rire.

Lire la suite

Bagel: un souvenir d’amérique

Oh yeah: le bagel, un truc dont les dream sont faits!

FullSizeRender (44)

Franchement, y a pas à tortiller, les américains sont des gens malins. Tout de suite, ils savent te vendre du rêve. Même les sirènes des pompiers, de la police ou des ambulances évoquent tout de suite l’univers des séries, Bruce Willis prêt à sauver le monde. Niveau alimentation, rien ne les arrête. Je suis sûre que je vous ai déjà raconté mon excursion à la Texas Fair à Dallas (non?), une foire agricole gigantesque dont la spécialité est—la nourriture frite. C’est bien simple: avant de m’y rendre, j’ignorais qu’on pouvait frire du beurre ou du coca. Bon maintenant que je le sais, que j’ai testé, je vous le dis: c’est inutile de recommencer, c’est moyennement excellent.

Lire la suite

Le brownie de grand-maman Simone

Un cube de paradis chocolaté.

IMG_8755

On a tous une recette spéciale réconfort. Le truc à savourer quand on ne rêve que de pulls tout doux et de sourires amis. Le brownie, c’est un peu le must en cas de blues d’entre saison. Une bouchée de chocolat, extérieur croustillant, coeur moelleux, parfum cacao intense, noix qui croque. Le brownie se mâche: c’est un cube et non un palet. Ici pas de bouche en cul de poule, ouvrez la mâchoire en grand pour l’engloutir: à bas la petite morce de rien du tout qui laisse sur sa fin, le moral à mi-chaussettes.

Lire la suite