Un dutch baby pour le petit déjeuner

Mi-pancake, mi-soufflé, le dutch baby se fait des amis le samedi matin

Franchement, le rapport avec un bébé hollandais est ténu.

Oui, il est doux et joufflu, il sent le beurre fondu plus que le lait caillé, il se pose sur les cuisses comme un effet secondaire de la grossesse, et il amuse petits et grands, comme un poupon bonnard qui fait poupoupidou. Paraît que le dutch baby a vu le jour dans un café de Seattle, au début du 20ème siècle. Mi-pancake, mi-soufflé, épais et moelleux avec des bords croustillants c’est THE breakfast des champions. Du coup, quand certains m’ont sommé de rapporter quelques souvenirs culinaires de mon passage Outre-Pacifique, j’ai pensé au Dutch Baby. Ma tante, Sheila, qui vit à Seattle donc, me faisait souvent des dutch baby. A même la poêle en fonte, dans le vieux four énorme.

Par la fenêtre de la cabin, sur le lac Cavanaugh, on voit le soleil se lever sur l’eau sombre. Evidemment, là-bas, je me fais servir comme une princesse sans petits pois. Je vis en maillots de bain, en pyjama ou en vieux jeans, en fonction de l’heure, de la météo ou de la saison et on m’apporte une succession de snack comme si la famine me guettait, à toute heure du jour ou de la nuit. Joie.

En 2013, je suis rentrée avec la recette du Dutch Baby au fond de ma valise pour la toute première fois.

recette1

J’ai mis des années avant de me lancer, en adulte, seule sans Sheila en supervision. C’est que je ne me sentais pas encore assez mure, responsable, indépendante. Là par exemple, pour le petit gag, lorsque nous avons pris l’avion pour les Etats-Unis, j’ai quand même réussi à faire un truc pas bien malin. Une Marierie en quelque sorte. A peine assis sur nos strapontins sièges, bien installés tout coincés, j’enlève mes boucles d’oreilles, rapport aux écouteurs qui impriment le petits clous dans la peau de mon crâne. Comme je sais que je suis prête pour un marathon de 300 comédies romantiques nulles, autant être un chouïa confortable. J’ai mes boucles dans la main et je regarde autour de moi: où poser mes perles? J’avise un bout de plastique, l’emballage desdits écouteurs: bingo! J’enveloppe mes bijoux dedans, avec en tête une mention pour plus tard: « ne pas oublier de les récupérer en partant ». 11h30 plus tard, j’ai les yeux bouffis d’avoir sangloté devant des navets et la tête dans le schtroumpf de n’avoir pas dormi. L’hôtesse, aimable comme un dépeceur de porcs à l’abattoir, passe avec un sac poubelle: déchets, garbage? Je lui tends vieux mouchoirs et emballages. Et ouais.

Ouais.

J’ai jeté l’emballage qui contenait mes boucles d’oreilles or et perle. Comme ça, sans sourciller. Prends-ça Lisette. Bye Perles.

Être adulte, mure, responsable, indépendante, ça prend du temps. Parfois plus de 38 printemps. En attendant, on peut toujours s’envoyer un bébé hollandais. Un dutch baby, vous aurez traduit.

Dutch Baby by Sheila

Pour 4 (ou 2 mots de faim)
  • 4 oeufs
  • 115 g. de farine
  • 250 g. de lait
  • 1 pincée de sel
  • 50 g. de beurre

Préchauffer le four à 220°C. Battre les 4 oeufs avec le lait, ajouter la farine et le sel.  Sortir une poêle allant au four (Donc évite la poignée en plastique Lisette, hein). La poêle devrait mesurer environ 24 cm de diamètre et avoir des bords assez haut. Personnellement, j’aime d’amour la mienne. Il paraît que ça fonctionne aussi avec un plat à gratin…je n’ai pas testé

  

Je reprends: mettre les 50 grammes de beurre dans la poêle (ferme les yeux, ça fait beaucoup) et enfourne pour faire fondre le beurre. Quand le beurre est fondu, retire la poêle du four, verse le mélange dans la poêle et enfourne pour 15-20 minutes. Le Dutch baby doit être gonflé, joufflu et bien doré. Evidemment, chaque four est différent. Seule règle, ABSOLUE, ne JAMAIS ouvrir le four pendant que le dutch baby cuit. Sinon, paf, il se dégonfle, raplapla, espoir déçu…

Une fois hors du four, le couper en parts égales, saupoudrer de sucre glace et arroser de jus de citron. Ou de sirop d’érable. J’ai vu sur pinterest, des recettes de Dutch baby salé, avec saumon fumé et roquette par exemple…à tester.

Enjoy!

 

 

 

Publicités

2 réflexions sur “Un dutch baby pour le petit déjeuner

  1. Oh boy.. désolée pour tes perles qui ont piètrement fini leur vie dans une poubelle au milieu des restes de plateaux repas..mezzo glam ending… Par contre incroyables photos de la cabin :-)))) et intéressante description de cette sorte de gâtelet dont j’avais jamais entendu parler. L’effet de la couche de gras sur le cuissot a l’air assez proche de celui de la salée sucrée triple épaisseur de sucre du boulanger en bas de chez moi et si c’est aussi calorique ça doit être pas maaaal 🙂
    Dans le registre pâtisserie, j’avais tout ce qu’il faut pour tenter les kanellbullar de ta recette, je m’étais même procuré le seul ingrédient qui me manque toujours en tentant une recette ( = présentement la cardamome) mais guesswhat oublié un truc super utile : pas de levure au premier rang. Ton post me donne envie de retenter ma chance et je t’en donnerai des nouvelles 🙂 Et au passage, la maïzena ça fait pas office de levure, on est bien d’accord? gros becs!

    • Oh boy bis! Nan pas de chance la maïzena ne fait pas levure sorry. Tente le dutch baby je te juuuuure tu ne seras pas déçue (ou jute en bien, ou bien!).
      Merci pour ton commentaire, ca fait bien plaisir! Des becs Valentine!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s