On l’a dans le baba…au rhum!

Un peu de douceur dans ce monde de brutes: un baba vanillé et au rhum, coco râpée et passion acidulée…

img_4770

C’est un jet lag qui te rabote les gencives. Range-tes dents, Edith, voici le retour de vacances, version froid polaire et turbulences en cascade.

Il était une fois, des vacances aux Antilles, mon amoureux joli, ma copine d’enfance, son jules, leur bébé parfait, une maison sur une petite île perdue des Caraïbes, Montserrat la Volcanique. Eux, étaient là bas depuis une bonne semaine. Le temps de remplir la piscine, de décorer nos oreillers avec des fleurs d’hibiscus, d’euthanasier des moustiques et de remplir le frigo avec…du ricard (Nos chéris sont français, ça doit être un truc culturel, on ne rigole pas, merci).

img_4712

On a failli ne jamais les retrouver. En escale sur l’île d’Antigua, il nous est arrivé une aventure dont j’ai le secret. On nous dit: « départ 17h, porte 6 ». La dame a bien articulé, j’ai tout compris. 17h, porte 6. Todo ben, ok roger. Entre temps, il y a l’épreuve de la balance. Le Coucou, 20 minutes de vol vers Montserrat est prévu pour les schtroumpf, 7 places maximum et tu n’embarques que si tu as perdus les 4 kilos de dinde aux marrons de Noël. Donc, oui, avant d’embarquer tu dois monter sur une balance. Seuls les plus forts nerveusement arriveront à Montserrat. Malgré nos bouées intégrées, nous étions prêts. Sauf qu’à 17h00 porte 6, il n’y avait personne. Sauf un Guyanais sans dents aussi perdu que nous et un couple de Britannique qui erraient paniqués, avec pour seul point de repère leurs coups de soleil aveuglants. Poliment, je demande à la dame de la gate voisine, où en est notre vol et si on embarque bientôt. Réponse: « on ne vous a pas appelé, il faut attendre ». On patiente mais sur le panneau d’affichage, notre vol semble en train d’embarquer. Je retourne à la charge. « Ce panneau est tout faux, il ne faut pas vous y fier ». On aurait pourtant dû. On a failli rater notre vol. On ne saura jamais ce qui s’est passé, comment les autres ont fait pour être au bon moment au bon endroit, mais toujours est-il qu’on a fini par traverser le tarmac en voiturette de golf avec gyrophares hurlant, pour rejoindre notre mini-jet qui avait dû interrompre son décollage. Nos valises ont été enlevées de la soute (elles nous on rejoint le lendemain), et en guise de consignes de sécurité, Malcolm le pilote, nous a juste dit: en cas d’amerrissage forcé, tirez sur la poignée rouge. Pour le reste, lisez la notice dans le siège devant vous ».

img_4560

On est arrivé à bon port. Sur place, sable noir, mer turquoise, palmes et alizée tiède. Apéros, baignades, apéros, baignades, apéros. bai…vous avez compris. Nos mecs sont des chefs, on a bien mangé. Un jour on a fait atelier pâtisserie. Un baba au rhum des îles. Léger, léger et si délicieux que là, à mon retour, je m’en ferai bien une tranche. Histoire de retrouver un peu de douceur. A mon retour, il faisait moins deux degré, neige congelée sur les marches de l’entrée et surtout téléphone matinal, lors du dernier jour de vacances pour m’annoncer un retour anticipé, pour cause de cataclysme professionnel. La maison de presse pour laquelle je travaille ferme un titre, 37 personnes licenciées, bon retour, welcome Home. De tensions en émotions, je vais garde ce baba pour me souvenir de cette sensation béate des vacances.

img_4814

Un baba anyone?

img_4758

Baba au rhum

 Pour 12 à 15 personnes (dans un moule à Kougelopf) 

Baba:

  • 6 oeufs (blancs et jaunes séparés)
  • 200 g de sucre
  • 6 cs lait tiède
  • 100 g de beurre fondu
  • 240 g de farine
  • 2 sachets de levure
  • 1 pincée de sel
  • 1 bouchon de rhum
  • une demi-gousse de vanille

Battre les blancs d’oeufs en neige, avec un pincée de sel. Dans un autre bol, fouettez les jaunes et le sucre pour faire blanchir le mélange. Ajouter à cette crème le lait tiède et le beurre fondu. Ajouter la farine et la levure tamisée et les grains de la demi-gousse de vanille. Bien incorporer. Verser le bouchon de rhum. Mélanger. Ajouter ensuite, délicatement, avec une spatule, les blancs en neige. Verser la masse dans le moule à Kougelopf bien beurrer et enfourner dans le four préchauffer à 180 degrés pour une petite demi-heure. Surveiller la cuisson. En plantant un couteau dans le cake, la pointe doit ressortir sèche. Démouler chaud et laisser refroidir sur une grille. (on peut réaliser cette partie à l’avance et conserver le gâteau jusqu’à 4 jours dans une boîte hermétique).

img_4763

Quelques heures avant de servir, réaliser le sirop et en imbiber le gâteau.

Sirop:

  • 350 g sucre
  • 1,2 l. d’eau
  • 210 g rhum

Faire chauffer l’eau. Ajouter le sucre, porter à ébullition et stopper la cuisson. Ajouter le rhum et laisser refroidir. Imbiber ensuite ultra généreusement le baba en plusieurs étapes. C’est bien d’imbiber le baba sur le plat de service: une fois imbiber, c’est ultra périlleux de le délocaliser! 

img_4775

Chantilly:

  • 300 g. de crème entière
  • 20 g. de sucre glace
  • un zeste de citron vert

Monter la chantilly en fouettant 300g de crème avec le sucre glace. Ajouter enfin le zeste de citron vert. 

Servir avec un petit fruit de la passion et de la coco fraîche râpée si vous en avez sous la main. Et un reste de sirop de rhum, s’il vous en reste.  

Enjoy!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s