Un dips d’été: pico de gallo et avocats

Tomates, coriandre, sour cream, avocat, fromage: trempe ton chips dans le mix et on en reparle!

img_2600

C’est encore l’été ici. Un petit rab’ de soleil sur les épaules, l’odeur du monoï pour ne pas rissoler, gambettes à l’air et jupe légère, la nuque moite sous le chignon défait, le vernis des orteils qui dansent dans les sandalettes. Il faut profiter. Jusqu’aux dernières minutes du jour, à l’heure où la petite laine se fait désormais indispensable, quand la nuit tombe, si tôt, trop tôt, toujours plus tôt.

Il faut profiter parce que demain, ce sera fini. Dans les assiettes aussi, l’heure est encore aux pêches et aux tomates, mais les pruneaux tentent une percée. Résistez. Ma professeur d’allemand (Ja Danke Ich spreche deutsch wie ein vache espagnole), l’inénarrable Rose, m’a transmis le virus. Orteils à l’air jusqu’à mi-octobre minimum. Qu’il vente, neige, ou pleuve. Aucun retour en arrière possible. Telle est sa devise. Cela fait bien trois ans minimum que je n’ai pas revu Rose mais son vernis poudre irisé reste dans ma mémoire. Quelle belle philosophie. Un peu comme cette dame croisée lors d’une fête populaire suédoise. Brigida, 87 ans, la peau comme une dentelle fragile, une lumière malicieuse dans la prunelles à cataracte, des doigts tordus d’arthrite. Elle boulottait avec une avidité enfantine des harengs saumurés dont le fumet aurait fait pâlir d’envie une station d’épuration. Elle a tenu absolument à me transmettre les secrets d’une vie bien vécue:

« il faut toujours regarder les hommes sexy, ils sont si peu nombreux »

m’a-t-elle dit avec un grand sérieux en pointant du doigt notre hôte airbnb suédois de 50 printemps bien tapés. Aussi, très carpe diem, « Il ne faut pas trop attendre les moments parfaits, ils n’arrivent jamais. Il faut faire ce qu’on veut, quand on veut et réfléchir ensuite. Sinon, on aura passé notre existence à planifier et espérer ».

Allez, ouvrez les bières et piochez dans le dips, la vie n’attend pas, ainsi l’a dit Brigida, philosophe suédoise contemporaine.

img_2614

Layer dip, avocat, crème aigre, gruyère, pico de gallo

Ce n’est pas vraiment une recette, plutôt une idée, un concept, à adapter. A votre bol, votre état d’esprit, celui de vos convives…

img_2603

Dans un bol transparent (pour voir les couches), écraser deux avocats, sel, poivre, un chouïa de jus de lime. Par dessus, étaler une fine couche de crème aigre. Recouvrir avec une couche de bon gruyère râpé. Dans un autre bol, mélanger le pico de gallot. Pico de gallo, kesako? C’est une salsa muy fameuse, d’origine mexicaine je crois. En gros ce sont des tomates, ici des tomates multicolores en petits dés, de l’oignon nouveau, le blanc et sa tige, en petits dés, ou un oignon rouge émincé, une immense botte de coriandre ciselée, un petit piment hâché, le jus d’un lime pressé, du sel et du poivre. Une fois cette salsa créer, elle forme la dernière couche du dips. Ensuite, hop au frigo, jusqu’à l’heure de la cervezza fraîche. Servir avec des chips de maïs.

img_2601

Enjoy!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s