Aubergines grillées, chèvre frais et tomates cerises

Une petite salade mi-cuite, mi-crue…comme la vie, post-canicule

IMG_7898

J’ai longtemps fait les scouts. Pas le genre ultra religieux, chemise repassée, short en velours côtelé, Jésusrevientparmilestiens. Nan. J’ai rien contre eux, mais nous on était plutôt jeans déchiré, chemise signée, à manger des Kellogs dans une casquette, filles et garçons mélangés, toute religion ou pas de religion confondue.

Cette période et tous les souvenirs qui lui sont rattachés a compté pour tout ce qui suit. Aujourd’hui encore, la nostalgie me guette à la vue d’un foulard sur un petit scout encore propre et innocent, en partance pour son camp, le samedi sur un quai de gare. L’odeur de la rosée, la toile de tente humide, le cheveux senteur feu de bois. Autant d’odeurs qui font tilt. Je ne suis pas guérie, j’ai toujours dans mon sac à main de fille, coincé entre un tube de rouge à lèvre, mon iphone et une clé usb, mon bon vieux canif. Toujours prête. Pour quoi, je ne sais pas trop. Une attaque de cervelas sur le chemin du travail ou un furieux besoin de tailler un pieux en pointe pour arrimer ma chaise à mon bureau, peut-être.

Des scouts, j’ai ramené des souvenirs et un nom de code: le totem que tous les scouts du coin reçoivent après quelques années passées dans leur groupe. Il est donné par les anciens, après moult, moult réflexion, discussion et débat. Il doit faire sens, reprendre les caractéristiques de la personne, évoquer son caractère, ses qualités et pas trop ses défauts. J’ai reçu le mien à 12 ans, et franchement, depuis, plus personne ne m’appelle comme ça. Sauf. Sauf qu’un jour, au travail, dans ma rédaction de journaliste, quelqu’un m’a demandé si j’avais un totem. J’ai dis oui et dévoilé mon identité. Cabri effronté. Parce que j’étais une gamine sautillante à la langue bien pendue.

Dans la bouche des graphistes, je suis devenue belette hargneuse. Ou ragondin malin. Chèvre fourbe. Vous voyez le tableau… Y en a toujours un avec le mot pour rire.

Pourquoi je vous raconte tout ça? Je ne sais pas trop. Sans doute parce que dernièrement, l’un des nôtres a enterré sa vie de garçon. Du coup, on lui a créé un week end revival: jeu de piste en ville, photos souvenirs, course dans les bois, soirée au coin du feu, jeu de nuit à ramper dans la forêt, nuit sous tente, croûtes dorées sur la braise. Une petite quinzaine d’adulte, du flic au médecin, en passant par l’enseignant, l’avocate, le comptable, l’éducateur et j’en passe, qui rigolent comme des gosses, couchés dans les ronces à essayer de passer incognito sous le faisceau de la lampe de poche de celui qui fait le guêt. On a vieilli, certains ont fondé des familles, mais le plaisir est resté identique.

Le cabri effronté n’était pas enfoui bien loin. Il a surgi comme ça, sans crier gare.

IMG_7893IMG_7899IMG_7898IMG_7894

Salade d’aubergines grillées, tomates et fromage de biquette rebelle

Pour deux

  • 2 petites aubergines (ou 1 grosse)
  • 2 gousses d’ail
  • 1 poignée de pignon
  • 1 grosse poignée de tomate cerise
  • 1 poignée de feuilles de basilic fraiche
  • 100 g. de feta
  • 2 cs d’huile d’olive (et un peu plus pour badigeonner les aubergines)
  • 3 cs de crème de vinaigre balsamic
  • sel et poivre

Préchauffer le four à 200°C. Couper les aubergines en tranches d’1 cm d’épais (ou un chouïa moins), les poser sur une plaque chemisée de papier sulfurisé, saler légèrement, pschiiiiter un rien d’huile d’olive (ou badigeonner) les tranches.

 

Emballer les gousses d’ail dans un petit peu d’alu et les poser à côté des tranches d’aubergines.

Enfourner pour une petite vingtaine de minutes.

Couper les tomates cerises en deux. Faire torréfier les pignons à sec.

Sortir les gousses d’ail confites, les presser, ajouter l’huile et la crème de basilic, le sel et le poivre. Sur une assiette, dresser les rondelles d’aubergines, les tomates cerises, les feuilles de basilic. Saupoudrer avec les pignons, émietter la feta, arroser avec la sauce.

IMG_7894

Easy peasy!

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s