Cochonou à la cubaine

Un porc mariné, enfin, son rôti surtout. Cuban style!

IMG_7835

Vous connaissez mon amour des States. Et des food trucks! J’ai failli faire un malaise à San Francisco, un soir torride, au festival des foodtruck, devant le choix impossiblissime: comment savoir si la voie de la raison était du côté du burger au pain de riz à la vapeur ou des sushis brésiliens? Ou était-ce le coréen fusion malgache ou les burritos mexicain au jalapeños capverdiens???? Si tu as déjà vécu pareil enfer, lève le doigt.

J’ai du coup totalement vibré devant le film « Chef« , vu dernièrement, sur popcorntime. Le scénario est ultra simple: un chef prometteur se fait tancer par la critique. Twitter et les réseaux sociaux s’en mêlant, les insultes gazouillent. Le chef perd la tête, son j0b, l’envie de cuisiner et sa confiance en lui. Il finit par se lancer dans un projet de food truck qui sillonne les Etats-Unis de Miami à Los Angeles en passant par la Nouvelle Orléans et Austin au Texas. Sauvé par les miles dévoré dans son trucks et par l’amitié croisée en chemin, il réapprend l’amour du goût, les sauces qui coulent sur le menton, les papilles qui explosent, l’engouement du public pour le goût, le vrai, le bon (Jean-Pierre Coffe: sors de ce corps!).

Il faut être prudent, très prudent en regardant ce film. Bien, bien vérifier ses placards avant d’allumer l’écran. Faire des pauses, s’hydrater régulièrement, cinq fruits et légumes par jour pendant des semaines, enregistrer une bande son qui répète en boucle, voix soyeuse, mélopée lente « je n’ai pas faim, je n’ai pas faim, je n’ai pas faim, je n’ai pas faim ». Et même, j’ai envie de dire, rien n’est garanti. C’est l’insécurité, l’adrénaline, la vie sur le fil du rasoir, la mort au tournant.

J’ai craqué, faiblis, mollis. J’en témoigne ici pour que d’autres ne se trouvent pas contraint d’annuler leurs plans du samedi pour débarquer l’oeil hagard et l’écume aux lèvres, en pyjama, à l’aube à la boucherie du quartier en ordonnant à la bouchère de « trouver du porc et fissa ». Ou se pointent à l’aéroport, un passeport dans la main, au guichet d’American airlines, des converses aux pieds, enroulés nus dans un drapeau de l’oncle Sam, en bookant un aller simple pour « Somewhere, USA ».

Soyez forts. Pour les autres, la recette, ici. Je vous aurai prévenu.

IMG_7836 IMG_7831 IMG_7837 IMG_7835

Rôti de porc cuban style

  • 900 g. de rôti de porc. J’ai pris du cou. Comme la corde au…
  • 2 cs d’huile d’olive
  • 3 gousses d’ail
  • 1 orange
  • 1 cc. de graines de cumin
  • 3 cc d’origan séché
  • 1 bonne grosse poignée de feuilles de menthe fraîche
  • 1 poignounette (une poignée moyenne dans une pogne de base, donc) de basilic frais et de coriandre fraîche.
  • 1 piment rouge qui arrache. Ou deux moyens. Ou pas du tout, si les papilles en feu ce n’est pas votre truc. Mais ce serait dommage.
  • 1 bonne cc de sel

Gratter le zeste de l’orange. Presser l’orange. Dans un bol, mélanger l’orange, l’ail dégermée et pressée, l’huile d’olive. Ecraser les graines de cumin au mortier. Ajouter cela dans le bol, avec le sel. Dans le mixer, verser la moitié du bol et ajouter le piment (avé les pépins pour plus de force. Cette fois, Jean-Pierre Coffe est devenu Maïté), l’origan, les herbes fraîches. Mixer. Ajouter cette pâte au reste du liquide. Faire mariner le porc au minimum trois heures sous un film de plastique.

Préchauffer le four à 210°C. Dans une lèche-frite à peine huilée, déposer Monsieur Porc sans sa marinade QU’ON NE JETTE PAS, MALHEUREUX!!!! Enfourner pour 45 minutes. Arroser copieusement el porcinet de marinade durant la cuisson. Au bout de 45 minutes, descendre la température du four à 190°C et poursuivre encore 1h15-1h30. En arrosant. Sortir le porc du four.

Le must? Faire réduire le reste de marinade et mélanger la pâte à de la bonne mayonnaise. Laisser tiédir le porc, le couper en tranches finissimes (penser vitello tonnato) et servir les tranches fines, dans une tortilla, avec de la salade fraîches, une ou deux tranches d’avocat, un rab’ de menthe et de coriandre et quelques quartiers de lime.

Voir Naples (Cuba) et mourir.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s