Pas bête la côte de bette: deux recettes pour le prix d’une

Un caviar de côte de bette et un pesto avec les feuilles

IMG_7447 (1)

 

J’écris blette et je ris. Immédiatement, ça me rappelle un souvenir. La Corse, il y a un bail, début d’automne. L’expression impayable d’un visage tout ahuri. Je pense à ce visage, à cet ami, à cette anecdote. Elle m’en évoque une autre. Comme les deux concernent des Vincent, je vous fais un combo. Après on passe à la recette. Un combo aussi: le thème du jour c’est deux valent mieux qu’un, c’est pas Noël, mais ça y ressemble.

La première anecdote, premier Vincent, Amsterdam, au printemps, il y a fort fort longtemps. J’y suis avec une bande d’amis. On s’arrête dans ce café, au bord d’un canal, affamés. On commande des bagels. Fromage, salami, saumon. Et puis, Vincent commande un bagel. Bagel with jam. Je pense un instant: quel choix étrange. Sa tête à l’arrivée du petit pain couvert de confiture dégoulinante. Je ne sais pas si vous pouvez goûter sa déception, à travers ces lignes, par écran interposé, tant d’année plus tard. Mais moi oui. Le pauvre homme imaginait un bagel au jambon. Bagel with ham. Une lettre et un monde de différence. Un gouffre, un abysse. On a ri, mais qu’est ce qu’on a ri!

Deuxième anecdote, second Vincent. La Corse, octobre indien, la mer turquoisissime, les autochtones hostiles. Les touristes sont partis, il ne reste que nous, et ça gonfle les vendeurs d’avoir à ressortir leurs manières. Du coup, nous, on est ultra ultra gentilpoli. On s’excuse pour les autres, on est si affable que ça vire à l’obséquieux: on ne dit jamais non et toujours merci. Il est 9h30, l’heure du petit déjeuner. On rêve de pains au chocolat et de tartines. Vincent demande à la boulangère si elle peut exaucer notre souhait. Du bout des lèvres, elle répond que non. Mais il lui reste des chaussons à la blette. On dit oui. Merci. Je m’étonne. Vincent n’est pas fan de verdure. Je me dis qu’il souhaite juste faire plaisir à l’indigène. Erreur. Le pauvre croyait juste que blette c’était une confiture locale, une châtaigne veloutée et vanillée. On a ri, mais qu’est ce qu’on a ri!

Tout ça pour vous dire, que là promis, pas de lapsus, quand je dis caviar de blanc de bettes, je pense caviar, comme le caviar d’aubergine, oui, mais cette fois-ci, version côte de bette: c’est clair?

IMG_7448

Caviar de blanc de bettes 

Pour patienter jusqu’à l’arrivée des aubergines.

Pour un gros pot

  •  7 belles côtes de bette
  • 2 gousses d’ail
  • un bon bout de parmesan (ok, j’ai oublié de peser. Genre, 4 cm sur 2 cm ?)
  • 20 g. de pignon
  • 4 c.s d’huile d’olive
  • 1 toute petite c.c. de sel
  • Du poivre. Il n’y a jamais assez de poivre dans la vie.
  • le jus d’un citron jaune
  • 1 c.s de vinaigre balsamique assez doux
  • 3 grosses c.s de tahini (C’est la fête on l’achète dans tous les supermarchés ou presque. Un gros pot qui se conserve quasi une vie)

Ôter les feuilles des côtes de bettes et les garder pour la recette n°2! Cuire les env. 330 gr. de côtes blanches en gros morceaux à la vapeur pendant une petite quinzaine de minutes, juste histoire qu’elles soient tendres. Hop in da mixer. Avec tout le reste. Pas de chichi. Mixer puissamment. Il faut que la préparation soit lisse. Goûter, rectifier le goût si nécessaire et transvaser dans un joli bocal. Ajouter quelques graines de sésame et un peu de persil pour faire joli. Servir avec du pain grillé, en tartinade ou avec des légumes, en dips, ou avec du pain libanais pour trempouiller…

IMG_7451

IMG_7452

Pesto de vert de blettes

Pour patienter jusqu’au basilic. 

Milles excuses, la recette s’est faite sur le pouce et  je n’ai rien pesé. Faites-vous confiance! Si ça ressemble à du pesto, que ça goûte presque comme du pesto, c’est que c’est du pesto…

IMG_7453

Pour un gros bocal

  • Les feuilles de 4-5 côtes de bette 
  • un gros morceau de parmesan coupé en morceaux plus petit pour ne pas achever votre mixer
  • deux bonnes rasades d’huile d’olive
  • un peu de pignons
  • sel et poivre
  • un-deux c.s d’eau
  • 1 à 2 gousses d’ail dégermées

Mixer le tout. Transvaser dans un pot. Super mixture à tartiner sur une bonne baguette pour des bruschetta!

IMG_7456

 

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Pas bête la côte de bette: deux recettes pour le prix d’une

  1. Ah le coup du bagel d’Amsterdam! Rigolade mythique! D’autant que le jeune homme, sûr de son choix, avait commencé par renvoyer en cuisine un bagel au salami en arguant que ce n’était pas ce qu’il avait commandé… Il a un peu regretté après!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s