Madeleine madeleine

IMG_6721
C’est quoi votre madeleine de Proust ?

Le truc qui vous rappelle votre enfance ?

J’en ai tellement. L’odeur de la rosée sur l’herbe quand on sortait de la tente au petit jour, en juillet dans les camps de scouts. La térébentine de l’atelier de ma maman. Le métal juste fraisé que je balayais contre un petit sous dans l’entreprise de mécanique de précision de mon grand-père. L’odeur mi-poussière mi-mystère des coussins en kilims sur les canapés du salon. Les coussinets des pattes de mon chat. La tarte aux pommes / café au lait du mercredi après-midi. La boîte de crème bleue nivea de grand-maman Simone. Le parfum cabotine, mon very first. Les stencils distribués en première année par ma maîtresse à la petite école. White linen d’Estée Lauder dans le cou de ma mère. La saccoche en cuir des dossiers de mon père. Le futon en paille de mon frère dans sa chambre d’ado.

Pour fêter ça, l’autre jour, je me suis mise aux vraies madeleines. A celles qu’on déguste avec un bon thé. Pour se créer de nouveaux souvenirs ou juste tromper les minutes qui poissent et refusent de filer. Avec ma collègue Jeanne-Marie, l’autre jour on s’est fait un aller-retour pour le bout du monde alias le Tessin.

IMG_6735

5H16 de chemins de fer, une pause pasta-chinotto sous les palmiers et sur les pavés de la piazza grande à Locarno. Un rendez-vous, 1h30 de discussion en italien, allemand, franglais avec un peu les mains, beaucoup les mimiques. Puis retour. 5H16 de train, again.

On a blagué, papoté, échangé des récits d’aventures, des contes de vieilles combattantes. On a ri jusqu’à en recracher de l’eau par les narines et posé pour des selfies idiots. Et pour tromper l’ennui, on a boulotté des madeleines faites la veille.

Mes toutes premières, merci c’est ma fournée. Je n’ai pas eu la patience (et la moitié des ingrédients) de suivre sa recette jusqu’au bout, voici la mienne en bien plus simple, sans doute moins aboutie.

IMG_6725

Madeleines fève tonka, pépite de chocolat

Pour 10 madeleines :

  • 40 g. de beurre
  • 1 œuf
  • 20g. de sucre
  • 20 g. de miel liquide
  • 60 g. de farine
  • 1/2 cuillère à thé de poudre à lever (c’est plus petit qu’une cuillère à café)
  • 1/2 fève tonka râpée (ou les graines d’une demi gousse de vanille)
  • 15 g. de pépites de chocolat noir (ou de plaque de choc hâchée grossièrement)
  • une grosse pincée de sel

Mélanger intimement l’oeuf battu, le sucre, le miel et le sel. Ajouter la farine et la levure et la poudre de fève tonka. Mélanger sans trop insister a dit la dame.

Ajouter le beurre ramolli (pas liquide mais juste mou. Genre chauffer 40 secondes dans mon micro onde). Mélanger, again, sans insister.

Préchauffer le four à 220°C sur chaleur tournante si possible.

Remplir le moule des madeleines. Selon the specialiste, il ne faut pas trop remplir les moules, ni pas assez (okkkkkay : tu vois comment?). En gros, il faut laisser environ 50 mm à 1 cm d’espace pour permettre à la bosse de la madeleine de se former.

Enfourner et immédiatement baisser la température à 160°C. Cuire environ 10 min que les madeleines blondissent et le ciel rougeoie.

IMG_6721

Après, ma sœur Anne, si tu ne vois rien venir, c’est que les carottes sont cuites.

Publicités

2 réflexions sur “Madeleine madeleine

  1. Merci Marie… mais fallait-il remouiller la compresse aujourd’hui?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s