Un peu d’Inde dans vos patates

Des galettes pommes de terre chou rouge

IMG_6449

J’aime pas trop les modes d’emploi, les instructions, les règlements, les code de conduite, les directives. Toutes ces choses qui retardent l’action et le jeu. Ma devise, bien trop souvent: « Fonce et réfléchis plus tard. Une fois dans le mur. Quand l’empreinte cartoonesque de ton corps a laissé des traces dans le crépis neuf.

Si sur le papier, ce trait de caractère peut faire créative, dans la vraie vie, c’est un challenge. Une existence d’aventures et de surprises.

Pourquoi?

Parce que ça fait de vous cette fille qui achète une voiture et ne découvre qu’elle a la climatisation que cinq ans après l’achat, le jour où son frère l’allume un jour de canicule.

– « Pourquoi tu n’allumes pas la clim? »

– « parce que je n’en ai pas ».

– « T’es débile, c’est quoi ce bouton? »

– « … ».

Voilà.

Ou, ce jour cuisant, rendez-vous professionnel en Valais, nouvelle voiture (oui, encore) d’entreprise, arrivée sur l’autoroute et soudain, un petit picottis étonnant sur mon royal fessier. Très rapidement, j’ai le popotin en feu, du genre flammes de l’enfer. Le truc impossible qui fait que la seule solution c’est de conduire 40 minutes en équilibre sur les cuisses et le pied gauche pour surélever la partie charnue de ton anatomie pour qu’elle ne s’autocombuste pas spontanément. Merci le siège chauffant, merci l’économie de trois minutes de lecture du manuel de bord.

En cuisine comme en automobile, je fais pareil: j’ai du mal avec les recettes. Je ne lis donc que très rarement les instructions et surtout la liste d’ingrédients. Ça donne parfois des trucs surprenant. Des gâteaux aux framboises sans framboises. Des galettes mexicaines aux épices indiennes. La faute à une lecture en croix, un mot sur deux. Des fois, c’est un échec, parfois c’est une trouvaille:

La preuve. Et ne vous prenez pas trop le chou (c’est le cas de le dire)  sur les quantités et les épices…improvisez…

IMG_6448

Galettes de pommes de terres indiennes

  • 200 g. de chou rouge émincé finement
  • 380 g. de reste de purée ou de patates cuites écrasées et refroidies
  • 1 gousse d’ail pressée
  • 1 c.s de garam masala
  • 1/2 c.c de poudre de piment de cayenne
  • 1 c.c  de graines de coriandre (à écraser au pilon)
  • 1 c.c. de graines de cumin ((à écraser au pilon)
  • 1 oeuf
  • 1 c.s de miel liquide
  • 2 c.s d’huile
  • sel et poivre

IMG_6447

Mélanger le tout (ha ha ha les instructions de malade!) dans un saladier et mettre le tout dans des petits moules en silicone. Vous pouvez sans doute, faire pseudo-frire le tout dans un peu d’huile dans la poêle. Mais ce sera plus pénible et plus gras.

Enfourner dans le four (d’où le verbe enfourner: puissante analyse) préchauffé à 220°C et cuire 30 minutes. Démouler (les galettes restent assez molles, c’est normal. Pour qu’elles soient plus fermes, il faudrait introdure un peu de chapelure dans le mélange).

Servir avec une petite sauce style raïta (yoghurt nature ou fromage blanc avec coriandre et un peu de sauce chili).

IMG_6451

IMG_6452

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s