Un Prince, deux manants: je vous apporterai des oranges

Une sauce à l’orange de derrière les fagots!

On m’a envoyé récemment une carte postale assez marrante de Berlin (Merci Caroline!). Sur le devant, un crapaud. En tournant une petite roue en carton sur le côté de la carte, celle-ci change d’illustration et laisse apparaître un prince. En guise de légende:

Man muss viele Frösche küssen, um seinen Prinzen zu finden.

Laisser moi confesser ici, que j’ai embrassé mon lot de crapauds mais point encore croisé de Prince. Y avait dans le lot, certes, quelques wanna be royauté, deux-trois chevaliers mais le King, lui, est encore aux abonnés absents. (J’en profite pour faire passer ce message perso: si vous connaissez mon Prince, voire même un Manant, un peu rigolo et pas trop nevrosé, je suis preneuse. La bonne fée entremetteuse recevra des goodies, promis!).

Lors de ma longue quête du graal masculin, un exemplaire à retenu mon attention. Pour des raisons de confidentialité (une gentlegirl n’ébruite pas ses histoires sentimentales), je tairai son prénom.

Julien si tu me lis, c’est de toi qu’il s’agit :-))))

Julien le Martien, donc, venait d’ailleurs. Son enveloppe terrestre était charmante. C’est au niveau du fonctionnement qu’on réalisait vite que l’être venait de loin. Il n’empêche, cette rencontre du troisième type (Non, maman, nous n’étions pas trois, ce n’était pas son frère et il n’y avait rien que la morale réprouve) m’a laissé des souvenirs jolis et un peu tristes.

MAIS…

Et là, suspens maximum (comment va faire la pauvre fille pour nous parler de cuisine?) il m’a surtout laissé une recette devenue fétiche dans ma cuisine: la sauce à l’orange.

Un délice polyvalent qui se sert avec n’importe quel poisson blanc, saumon, noix de saint-jacques ou crevettes., en tandem avec des pâtes ou un risotto.

photo 4 (19)

La sauce à l’orange de Julien le Martien

  • 1 cuillère à soupe d’huile d’0live
  • 1 gousse d’ail
  • 1 oignon jaune moyen
  • le zeste d’1 orange
  • 2 dl de jus d’orange fraîchement pressée
  • 1/2 cuillère à café de sucre
  • 1 dl de vin blanc
  • 1 dl de Noilly Prat (du vermouth. Si vous n’en avez pas, ajouter un peu de vin blanc et 1 cs de sucre)
  • 1 dl de crème
  • 0,5 dl d’eau
  • 1 cuillère à café de maïzena
  • sel et poivre
  • 1/2 cube de bouillon de poule

photo 1 (56)

Faire revenir l’ail et l’oignon émincé dans l’huile d’olive. Ajouter l’alcool et laisser réduire de moitié. Ajouter le jus d’orange, l’eau, le zeste d’orange, le sucre, le sel et le demi cube de bouillon de poule.

photo 2 (50)

Laisser réduire de moitié encore une fois. Ajouter la crème dans laquelle vous aurez délayé la maïzena. Poivrer. Goûter et stopper la cuisson quand la sauce a atteint la consistance souhaitée. Vous pouvez mixer la sauce pour la rendre encore plus veloutée…

photo 3 (31)

J’ai servi cela avec un filet de féra, un riz pilaf-carottes et un carpaccio de fenouil-…..nomnomnom c’était pas moisi.

photo 5 (9)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s